poème: les danseurs

Regardez-vous, mes beaux danseurs!
Regardez-vous tant que vous le pouvez!
Bientôt vous serez noyés dans les pleurs
Car vous dansez sur terrain miné!
 
 
Tout en dansant, l'un chante des promesses,
Rien n'est vrai dans tous ces beaux voeux.
C'est la paix qu'il dit vouloir sans cesse,
Mais la guerre est son terrain de jeux.
 
 
Regardez-vous, mes beaux danseurs!
Regardez-vous tant que vous le pouvez!
Bientôt vous serez noyés dans les pleurs
Car vous dansez sur terrain miné!
 
 
L'autre veut préserver l'environnement,
S'il peut en retirer quelque argent.
Mais s'il n'y a là pour lui aucun profit,
il traite la nature par le mépris.
 
Regardez-vous, mes beaux danseurs! 
Regardez-vous tant que vous le pouvez!
Bientôt vous serez noyés dans les pleurs
Car vous dansez sur terrain miné!
 
 
Un autre encore jongle avec les libertés
Et les abolit sans vergogne,
Même s'il sait que c'est un peuple entier
Qu'il tient, opprimé, entre ses pognes.
 
 
Regardez-vous, mes beaux danseurs!
Regardez-vous tant que vous le pouvez!
Bientôt vous serez noyés dans les pleurs
Car vous dansez sur terrain miné!
 
 
Sous les pas de danse de celui-ci,
Meurent des centaines d'hommes affamés.
Bien plus encore il en a occis,
Pour constituer son costume de billets.
 
 
Regardez-vous, mes beaux danseurs!
Regardez-vous tant que vous le pouvez!
Bientôt vous serez noyés dans les pleurs
Car vous dansez sur terrain miné!
 
 
Pour vous ce sont de simples insectes,
Qui restent sans réaction sous vos coups.
Ces gens vous craignent et vous respectent,
Mais en eux ils n'ont pour vous que dégoût.
 
 
Regardez-vous, mes beaux danseurs!
Regardez-vous tant que vous le pouvez!
Bientôt vous serez noyés dans les pleurs
Car vous dansez sur terrain miné!
 
 
Un jour viendra où ces dormeurs,
Las de toutes ces oppressions,
De leur misère, de leur labeur,
Tous ces dormeurs se réveilleront.
 
 
Regardez-vous, mes beaux danseurs!
Regardez-vous tant que vous le pouvez!
Bientôt vous serez noyés dans les pleurs
Car vous dansez sur terrain miné!
 
 
Ce jour viendra bientôt je l'espère,
Où les insectes se soulèveront sous vos pieds.
Où derrière les visages de ces pauvres hères,
Vous verrez clairement le terrain miné.
 
 
Réveillez-vous, mes beaux dormeurs!
Réveillez-vous, tant que vous le pouvez!
Debout avant qu'il ne soit trop tard
Et que les danseurs vous aient tous tués!

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×